Henri VI Richard III

INTÉGRALE 24H

jours
heures
minutes
secondes
logo henry VI richard III

La fin de la guerre de Cent Ans, la chute des Plantagenêt et l’accession au pouvoir du redoutable Richard III, racontées avec toute la force de Shakespeare et portées à la scène en un spectacle hors normes de vingt-quatre heures.

Cet épisode majeur des histoires française et anglaise, la seconde tétralogie de Shakespeare, s’ouvre en 1422, année de la mort d’Henry V. Six cents ans plus tard, à l’ombre même du château d’Angers qui abrita certaines des scènes et des personnages essentiels du récit — au premier rang desquels Marguerite d’Anjou, épouse d’Henry VI, et son père le Duc René d’Anjou — se rejouent les batailles, les noces et les conjurations qui ont scellé le destin de nos deux pays.

De 2009 à 2016, Thomas Jolly a bâti les quatre pièces sans jamais avoir l’opportunité de les présenter dans leur continuité. Triomphe au Festival d’Avignon 2014, avec dix-huit heures de spectacle à dévorer, Henry VI revient pour la première fois accompagné de Richard III créé à Rennes en 2015. Pour clore la saison la tétralogie sera présentée en un événement hors-normes de vingt-quatre heures. Tenterez-vous ce spectacle-marathon en version intégrale ou en deux parties ?

Traduction Line Cottegnies, Jean-Michel Déprats

Mise en scène et scénographie Thomas Jolly

Textes de la rhapsode Manon Thorel

Collaboration dramaturgique Julie Lerat-Gersant, Pier Lamandé

Avec
Johann Abiola
Damien Avice
Paul-Antoine Bachelot
Bruno Bayeux
Nathan Bernat
Clémence Boissé
Geoffrey Carey
Paul Catterou
Gilles Chabrier
Eric Challier
Dorothée De Lauzanne
Alexandre Dain
Flora Diguet
Anne-Charlotte Dupuis
Émeline Frémont
Damien Gabriac
Thomas Germaine
Fabien Grenon
Thomas Jolly
Pier Lamandé
Grégoire Le Stradic
Martin Legros
Oskar Legros
Mexianu Medenou
Hugo Monteillet-Kervazo
François-Xavier Phan
Charline Porrone
Jean-Marc Talbot

Lumières Antoine Travert, Léry Chedemail, François Maillot

Musiques originales et création son Clément Mirguet

Costumes Sylvette Dequest, Marie Bramsen, Fabienne Rivier

Parure animale de Richard III Sylvain Wavrant

Accessoires Christèle Lefèbvre

Direction technique Pierre-Yves Chouin

Régie générale Olivier Leroy, Vincent Bedouet, Arthur Beuvier

Régie Plateau
Lee Armstrong
Ronan Beaugendre
Florent Benci
Jean-Yves Bienvenu
Guillaume Derouineau
Sacha Estandié
Florian Gabillard
Camille Jaffrennou
Simon Jouan
Éric Lemasson
Jean-François Maillou
Mathilde Monier
Yann Morin
Jean-Baptiste Papon
Martin Umbhauher

Régie son
Clément Mirguet
Frédérique Constant
Rachel Brossier
Quentin Hoinard

Régie lumière
Antoine Travert
Pierre-Yves Braud
Pauline Frucquet
Jean-Philippe Geindreau
Nicolas Germain
Alexandre Laurence
Angélique Guillot
Nicolas Pillu

Régie accessoires
Christèle Lefèbvre, Barbara Coupeau

Habilleuses
Élise Cognée
Lucille Ducluzeau
Anne Poupelin
Anne-Emmanuelle Pradier
Angélique Redureau
Fabienne Rivier

Production déléguée Le Quai CDN Angers Pays de la Loire

Est-ce un désir de longue date de monter Henry VI suivi de Richard III ?
A l’été 2008, à l’occasion de leur sortie en Pléiade, je lis les deux tétralogies de Shakespeare, composées des huit drames historiques -Richard II, les deux Henry IV, Henry V, les trois Henry VI et Richard III- , je suis alors transporté par le déploiement narratif, ébloui par la multiplicité des registres, des personnages, par l’extraordinaire façon dont Shakespeare s’empare de tous les outils du théâtre pour les mettre au service du récit historique.
Pour être franc, j’ai tout de suite voulu monter les huit pièces ensemble ! Ce qui aurait fait 48h. Proposer une véritable saga fut le premier désir. Mais mettre en scène les huit pièces est très compliqué et prendrait une vie. (Ce n’est donc pas encore exclu !)
J’ai choisi de commencer par mettre en scène les pièces issues de la deuxième tétralogie qui est, la plus politique, la plus éclairante, la plus humaine à mon sens. Richard II, Henry IV et Henry V sont plus guerrières, plus médiévales.
Cette deuxième tétralogie a en fait, été écrite en premier par Shakespeare.
Ce qui est touchant et va influencer mon choix, c’est qu’il est donc très jeune quand il écrit celle-ci et c’est comme si nous assistions à la naissance d’un auteur, dont on perçoit déjà certains motifs qu’on retrouvera, plus tard, dans ses autres pièces. Shakespeare grandissait en tant qu’auteur au fil d’Henry VI, et en tant que jeune metteur en scène, c’est une rampe… je me suis inscrit dans ce cheminement. J’avais 27 ans, créé trois spectacles… Je ne le savais pas encore mais Henry VI allait être mon école de mise en scène.

De 2009 à 2014 tu bâtis en plusieurs étapes l’intégralité d’Henry VI, puis Richard III en 2015. Les deux pièces sont jouées séparément jusqu’en 2018. Pourquoi remettre sur pied cette tétralogie aujourd’hui ?
Mon arrivée à Angers y est pour beaucoup. D’abord, c’est au Quai qu’a eu lieu la dernière d’Henry VI en décembre 2015, ce lieu était donc chargé de ce souvenir.
Et dès les premiers jours de 2020, à mon arrivée, descendre la rue Plantagenêt, faire face au château du Roi René, croiser le nom de Marguerite d’Anjou un peu partout… Tout Angers a réveillé un désir qui, en vérité, ne s’est jamais éteint car ce rêve de proposer les quatre pièces dans leur continuité n’était pas assouvi.
L’incroyable équipement qu’est le Quai, ma rencontre avec l’équipe a fini de me convaincre que cette expérience pouvait et devait être donnée en 2022 – année des 600 ans de la naissance du vrai Roi Henry VI.

Cette tétralogie portée à la scène est une expérience de spectateur hors-normes : peux-tu nous en dire plus sur ton rapport au spectateur ?
Le théâtre élisabéthain, n’est pas un théâtre construit et développé comme en France – Shakespeare a écrit des pièces qui se regardaient debout, à ciel ouvert, en mangeant, en sortant… et Shakespeare n’est pas un auteur de cour.
Au fil des siècles, on peut d’ailleurs s’interroger sur une sorte de « mortification » du rapport du spectateur, au spectacle : s’asseoir, se taire, dans le noir… Aujourd’hui des publics font des crises d’angoisse dans certaines salles !
Ce théâtre se déroule sur scène sans arrêter la vie en salle, avec, de fait, une vraie interaction. Avec Henry VI + Richard III, je propose donc aux spectateurs, de passer un temps de vie partagée. En 18h et possiblement 24, on a faim, soif, on a envie de dormir, on a plein d’envies, la vie ne s’arrête pas. Alors qu’on peut suspendre ses envies, sa vie, pendant un spectacle d’1h30.
Cela implique et engendre un autre lien à la scène, un autre lien entre spectateurs et un autre lien au théâtre en général.
Des spectateurs se sont rencontrés pendant Henry VI et revus ensuite ! Que le théâtre puisse être un facteur de lien social est ma définition du théâtre, mon désir. Y a t-il au monde, un endroit où pendant 24h des gens sont ensemble, dans le même espace, en train d’assister à la même histoire ? Ca n’existe plus. Et c’est justement ce que je souhaite proposer.
Des entractes sont envisagés toutes les 1h30. Au Quai, on pourra manger lors de ces pauses, dormir même ! Il ne s’agit pas d’un rapport consumériste mais d’une expérience extra-ordinaire de partage, de célébration du vivant !

Ton théâtre peut être reçu comme un théâtre mélangeant les genres, les registres. Que penses-tu de cette lecture ?
En l’occurrence le théâtre de Shakespeare fait se côtoyer les genres. Il y a des scènes de drames, de comédies… On passe du sublime au grotesque en quelques vers, des scènes d’effroi puis des scènes de farces. Il y a bien sûr du fantastique, du mélodrame… Il y a le théâtre entier ! Et mon travail est de le représenter dans tous ses aspects.
Ce n’est pas nouveau de le dire mais Shakespeare embrasse le monde dans toutes ses spécificités, ses différences. En tant que metteur en scène, j’en hérite et le rends en activant tous les possibles de la machinerie théâtrale.
Henry VI raconte soixante trois ans du 15e siècle (1422 à 1485) : un siècle bouleversé en Europe par les guerres de Cent Ans et des Deux-Roses, mais aussi l’imprimerie, les découvertes scientifiques majeures etc… Shakespeare, avec toutes ses couleurs, dépeint un monde en crise, en mouvement, un temps de bouleversements.
À bien des égards, cette peinture d’un quinzième siècle en crise est éclairante pour aujourd’hui.

Propos recueillis par Jenny Dodge, juin 2021.

INFOS PRATIQUES

Pour clore la saison 2021-2022, Thomas Jolly rebâtit la tétralogie Henry VI + Richard III.
Cette épopée de Shakespeare sera présentée en une intégrale de 24h
et en deux parties de 12h au Quai CDN Angers Pays de la Loire.

Intégrale (avec entractes) : du samedi 4 juin 2022 à 10h au dimanche 5 juin à 10h. Cet évènement est unique.

En deux parties les samedis et dimanches :

  • 11 et 12 juin
  • 18 et 19 juin
  • 25 et 26 juin

Le samedi de 11h à 23h (4 entractes)

Le dimanche de 11h à 23h (4 entractes)

Puis-je voir seulement Richard III car j’ai déjà vu Henry VI ? 

Non. La pièce Richard III est fusionnée avec Henry VI car elle est envisagée comme une continuité dramatique de la tétralogie.

Le Quai Centre Dramatique National Angers Pays de la Loire
Salle T900 (placement numéroté)
Cale de la Savatte
49100 ANGERS

  • Bus : lignes 1, 3, 4, 5, 6, 8 et 1s
  • Parkings : gratuit en sous-sol du Quai, espace Sablé (sauf WK du 4 et 5 juin), place de la Rochefoucauld

Attention, l’accès au Quai est compliqué par les travaux du Tramway.

PLEIN TARIF
Hors adhésion
 : 50€
Adhérent : 30€

TARIF RÉDUIT
Hors adhésion
 : 36€ (-35ans, carte mobilité inclusion + 1 accompagnateur, abonnés des structures partenaires, carte Cezam)
Adhérent : 20€ (-35ans, carte mobilité inclusion + 1 accompagnateur, demandeurs d’emploi, intermittents du spectacle)

TARIF RÉDUIT +
Hors adhésion : 24€
(demandeurs d’emploi, intermittents du spectacle, étudiants, apprentis, services civiques)
Adhérent Bon plan : 16€ (étudiants, apprentis, services civiques, -18ans)

TARIF RÉDUIT ++
Hors adhésion : 16€
(minimas sociaux, détenteurs de la carte Partenaire délivrée par la ville d’Angers, -18ans)
Adhérent : 10€ (minimas sociaux, détenteurs de la carte Partenaire délivrée)

> 1 ticket unique pour l’accès au spectacle en version intégrale ou sur un week-end avec accès au même fauteuil

 

Puis-je voir la partie 1 le samedi et la partie 2 le dimanche du week-end suivant ? 

Non. Le billet regroupe les deux parties sur deux jours consécutifs.

Puis-je venir avec mon groupe d’amis et prendre la réservation à mon nom ? 

Oui (et avec plaisir). Les tickets seront à votre nom. Pensez à bien ramener les justificatifs éventuels le jour du spectacle.

  • Un vestiaire gratuit sera mis à votre disposition.
  • Vous pouvez apporter votre oreiller pour votre confort.
  • Un bracelet vous sera remis afin de sortir et revenir au Quai en toute liberté durant les entractes.
  • Il vous est possible d’apporter votre nourriture.
  • Il est interdit de manger en salle.
  • Des espaces dédiés seront proposés au Quai afin de vous restaurer pendant les entractes.


BOIRE

  • Des points d’eau seront mis à disposition pour remplir vos gourdes.
  • Le bar du Quai sera ouvert pendant toute la durée du spectacle.
  • De nombreux bars sont ouverts les samedis et dimanches sur la cale de la Savatte à quelques minutes du Quai.


SE RESTAURER (réservation conseillée) :

SUR PLACE :

LES SAVEURS DU SOLEIL ET D’ICI (traiteur) :

Si vous souhaitez vous assurer d’avoir un plat chaud, pendant les entractes d’une heure (14h, 18h45, 23h) nous vous proposons d’acheter à l’avance l’une des trois recettes proposées au tarif unique de 10€ :
– Poulet mafé (sauce arachide), riz long grain parfumé
– Fricassé de volaille à l’angevine, riz long grain parfumé
– Poêlée de légumes du soleil, riz long grain parfumé et sauce mafé (arachide)

Par téléphone ou en billetterie du mardi au vendredi de 13h à 19h et le samedi de 15h à 18h / 02 41 22 20 20

  • Pour le week-end du 4 juin : réservation possible jusqu’au samedi 28 mai – entractes d’une heure (14h, 18h45 et 23h)
  • Pour le week-end du 11 et 12 juin : réservation possible jusqu’au vendredi 3 juin – entractes d’une heure (samedi 15h et 19h30 / dimanche 14h30 et 20h)
  • Pour le week-end du 18 et 19 juin : réservation possible jusqu’au vendredi 10 juin – entractes d’une heure (samedi 15h et 19h30 / dimanche 14h30 et 20h)
  • Pour le week-end du 25 et 26 juin : réservation possible jusqu’au vendredi 17 juin – entractes d’une heure (samedi 15h et 19h30 / dimanche 14h30 et 20h)

FOOD TRUCKS : Fouées (sandwichs), frites

À PROXIMITÉ :

Attention, les entractes durent soit 0h30, soit 1h maximum !

RESTAURANTS (réservation conseillée) :

A EMPORTER (réservation conseillée) :

GRIGNOTER :

    • BOULANGERIE DES CARMES, PAIN & LEVAIN • 21 BD HENRI ARNAULD (fermée le dimanche)
    • BOULANGERIE TONY LUX • 1 RUE ST JACQUES (samedi et dimanche de 7h à 13h)
    • BOULANGERIE LA POMME D’ARGENT • 18 PLACE DE LA LAITERIE (samedi et dimanche de 6h30 à 20h)
    • CARREFOUR MARKET • 23 PLACE MONPROFIT (samedi de 7h à 22h et dimanche de 9h à 13h)
    • MARCHÉ • PLACE GRÉGOIRE BORDILLON (le samedi de 8h à 14h)

>>> Nous travaillons à diverses autres solutions qui vous seront proposées très prochainement.

La billetterie :
Par téléphone et au guichet, du mardi au vendredi de 13h à 19h, et le samedi de 15h à 18h

02 41 22 20 20

Vous avez des questions qui ne trouvent pas réponse ici ?
Posez-les nous via le formulaire suivant.

VIDÉOS

Playlist

3 Vidéos

VIDÉOS

BIBLIOGRAPHIE

Tous les livres sont disponibles à la librairie du Quai en partenariat avec la librairie Contact.

Henry VI - Shakespeare William

HENRY VI de WILLIAM SHAKESPEARE

Le Roi Henry V vient de mourir, le royaume d'Angleterre pleure son souverain sur fond de guerre de Cent Ans. Lui succède un jeune garçon, mal préparé à ce règne et aux manœuvres politiques. Un climat de guerre civile et l'affrontement des grands seigneurs donne lieu à une barbarie dont Henry VI fera les frais, tour à tour déposé puis restauré, sans cesse balloté dans un royaume à feu et à sang. Cette saga fabuleuse et mal connue de Shakespeare est enfin remise sur le devant de la scène grâce au travail de Thomas Jolly, jeune metteur en scène qui présente ce spectacle fleuve, en 18 heures de représentation. Le spectacle phare d'Avignon.

RICHARD III de WILLIAM SHAKESPEARE

Frère du souverain Édouard IV, Richard Gloucester est prêt à tout pour accéder à la couronne, n'hésitant pas à faire assassiner tous les membres de sa famille faisant obstacle à son ascension. Une fois roi, le tyran impitoyable se heurte au front de ses adversaires qui se rassemblent pour lui déclarer odla guerre. La haine et la soif de pouvoir l'aveuglent trop pour qu'il prenne garde aux malédictions de ses ennemis, qui précipitent son destin tragique.

Shakespeare comme il vous plaira - Shakespeare William

Shakespeare Comme il vous plaira de François LAROQUE

Génie universel, qui traverse le temps, Shakespeare est pourtant indissociable de son époque, la Renaissance anglaise, brillant spectacle dont le souverain est le centre et la raison d'être. Professionnel de la scène, maître d'oeuvre accompli, il reflète avec brio la comédie humaine qui se joue partout autour de lui. En historien autant qu'en analyste du théâtre, François Laroque présente le monde de bruit et de fureur des tragédies, Hamlet, Othello, le Roi Lear, Macbeth, le monde de charme et de fantaisie des comédies, Comme il vous plaira.

RICHARD III de WILLIAM SHAKESPEARE

Peter Ackroyd se penche sur la vie et l'œuvre du plus célèbre des auteurs anglais. La proximité de Shakespeare avec les comédiens, son amour du théâtre, son rapport au Londres violent et sordide du XVIe siècle, à la religion et à la hiérarchie sociale, donnent naissance à une œuvre somptueuse. Une biographie passionnante qui est à la fois le portrait d'un pays, d'une époque et d'un écrivain de génie.

Shakespeare Antibiographie de Bill BRYSON

L'Américain Bill Bryson s'est rendu célèbre des deux côtés de l'Atlantique par ses récits d'un réalisme hilarant sur les États-Unis. Mais quel rapport avec Shakespeare ? Comment, après avoir brossé tant de portraits d'Américains moyens, a-t-il bien pu oser s'attaquer à l'un des plus grands génies de la planète ? Tout simplement parce que c'est une « antibiographie » dont il nous régale ici. De William Shakespeare (1564-1616), qui écrivit quelque 900 000 mots et en apporta plus de 2000 à l'anglais écrit, nous n'en possédons que 14 de sa main : son nom et son prénom signés six fois, plus la formule « Par moi » dans son testament. Quant aux milliards et milliards de mots écrits sur lui, ils en font moins une figure humaine qu'une obsession d'universitaires et d'excentriques aveuglés par les idées reçues. Alors Bill Bryson, qui ne part de rien, n'a pas de complexes à avoir, d'autant qu'à force de ne rien savoir on finit par en apprendre beaucoup dans son livre sur le personnage historique comme sur l'Angleterre d'Élisabeth Ire. Et surtout, notre écrivain-voyageur de l'Iowa nous transporte au cœur d'une oeuvre universelle qui demeure la plus belle preuve de l'existence de William Shakespeare.

Shakespeare à la plage – etre ou ne pas être - Chevalier Eddy

Shakespeare à la plage de Eddy Chevalier

Pourquoi Shakespeare est-il devenu le dieu du Théâtre ? Le poète et dramaturge a-t-il véritablement écrit ses pièces grandioses ? Comment expliquer que l’on puisse y voir tout et son contraire ? Shakespeare, il est vrai, flirte avec l’infini. Dans le clair-obscur labyrinthique de son œuvre s’illuminent des personnages à l’universalité flamboyante. Installez-vous confortablement dans un transat et n’ayez plus peur de lui : bronzez à la lumière de son anglais latinisé savant et populaire, rêvez à la folie illusoire de l’amour platonique ou sauvage, laissez-vous bercer par le clapotis de toutes ces incertitudes. Très grand emprunteur, pour ne pas dire plagiaire, Shakespeare fit fleurir ses sources, fusionnant comédie et tragédie, nous plongeant dans le mystère de l’ambiguïté et la vérité psychologique des masques. Shakespeare spiritualise, prophétise, électrise. Quand il ne nous restera plus rien, nous n’aurons plus que Shakespeare.

Richard III – Roméo et Juliette – Hamlet de William Shakespeare

Shakespeare, c'est la fertilité, la force, l'exubérance, la mamelle gonflée, la coupe écumante, la cuve à plein bord, la sève par excès, la lave en torrent, les germes en tourbillons, la vaste pluie de vie, tout par milliers, tout par millions, nulle réticence, nulle ligature, nulle économie, la prodigalité insensée et tranquille du créateur. À ceux qui tâtent le fond de leur poche, l'inépuisable semble en démence. A-t-il bientôt fini? jamais. Shakespeare est le semeur d'éblouissements.

MAQUILLER LES TENEBRES de Thomas JOLLY

Qu'est-ce qui pousse l'homme à sortir de l'humanité pour la violenter ? Thomas Jolly expose ici sa conception de la tragédie et de la pratique théâtrale. Dans l'adaptation de Thyeste de Sénèque, la mise en scène de "monstres" mythologiques témoigne de l'empathie du spectateur face à la faiblesse de la condition humaine. C'est l'histoire d'un crime innommable traduite par des mots, des sons et des images que seul ce théâtre artisanal et enchanteur peut produire. Cette série adapte des entretiens réalisés lors des Leçons de l'Université du Festival d'Avignon.

© 2022 – Tous droits réservés – LE QUAI CDN ANGERS